Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles Récents

19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 18:58

On se retrouve à Salzbourg?

regard rapide sur une carte. -"oui, bien sûr, c'est à deux pas!"

Le temps passe, les dates concordent. Alors voilà, je vais prendre le train et quitter l'Italie.

La ville natale de Mozart est à 300 km. Un saut de puce.

Je me renseigne quelques jours plus tôt: un train part d'une cité voisine, le samedi 18 aôut.
R. vérifie sur internet les horaires, Giu me les imprime, me tend le feuillet. Tout simple.

Gemona-Villach , changement puis train pour Salisburgo. Départ 16H31, arrivée 22H48

Un peu long , certes,pour cette distance mais...j'ai des livres, du temps. Connaissant (souvent à mes dépens!) la fantaisie de TRENITALIA, malgré tout, je me dirige vers une agence de voyages pour une confirmation.

Mais voilà c'est Ferragosto, les agences font le pont (en pleine saison!). Pas déstabilisée, me voilà devant la gare de Codroipo "chiuso per ferie, vedere in edicola". Une gare fermée pour congés qui dirige les voyageurs vers .. le marchand de journaux (en l'occurence une marchande morne dans un lieu désert, je lui souris et fuis sans demander mon reste): ça commence à devenir drôle (bien qu'inconfortable). Bref je vous passe la quête (le saint graal à côté..) , et je trouve une agence qui me renseigne. Sourire contrit de la femme (qui rougit quand je lui dit qu'elle a de bien jolies lunettes): c'est que "parfois " le train ne s'arrête pas dans cette gare. Fière, je lui tends les horaires, ce jour-là oui, voyez vous même... Le trouble s'accentue:"mais parfois il ne s'arrête pas.." Ha? et ça dépend de quoi? du retard? "ça dépend .. de rien".. En effet le train quelquefois s'arrête et d'autres non. qu'importent le jour , le retard ou le sens du vent... "dipende"... devant ma mine consternée, elle téléphone à une responsable du service TRENITALIA qui confirme sans broncher. Donc c'est Udine ou Tarvisio. Ok tarvisio..

-"c'est que voilà, comme c'est en Autriche, je ne peux vous faire le billet que de Tarvisio à Villach".. pour la suite du voyage il faudra acheter le billet en Autriche...(je précise que ledit trajet fait ...22km!)

Je parle de l'Europe, des frontières ouvertes, de la proximité -" Et si je vais en France, vous me laissez au milieu des Alpes et je dois marcher jusqu'à la gare la plus proche???", j'ironise.

-"NOn , non, la France , ce n'est pas pareil!" (bien sûr c'est beaucoup plus près , n'est- ce pas!?)

Aventurière dans l'âme , je ne prends pas de billet. Je file à Tarvisio où je demande la direction de la gare (avec tout ça je ne suis pas très en avance). On m'indique le chemin. la voiture est dans le parking, j'  arrive à la station... il n'y a pas de rails! c'est une ancienne gare.. "pour faire joli" et les anciennes voies sont des promenades bucoliques! je retourne hors d'haleine au point de départ "je voudrais une gare avec des trains, vous voyez?" ha! il fallait le dire !(je suis bête, mon dieu quelle cruche, je pouvais pas le dire avant, une gare pour partir pas pour vagabonder dans les sentiers!!). "Tarvisio boscoverde allora?" j'acquiesce. Comme son nom l'indique c'est dans la forêt, moderne et paumée. Je suis seule dans le sanctuaire, essoufllée; pas jojo et passablement excédée, j'oscille entre la déconvenue, l'éclat de rire et le sanglot nerveux.

J'arrive devant le guichet du XXI ème siècle. Je fais de l'humour :-"heu?impossible un train pour salisburgo?" (humour au ras des paquerettes, j'en conviens, mais je me dis qu'en commençant par la négation, on renverse l'absurdité, c'est une idée qui vaut ce qu'elle vaut, celle des départs immiments et impossibles dont je suis -sans me vanter-une grande spécialiste).

"certo" (quoi impossible?) mais il y a juste un problème (s'il n'y en a qu'un , je suis sauvée!).

Elle peut faire le billet de Villach à Salzbourg mais pas de Tarvisio à Villach. Et je fais comment?

Elle me fixe un instant: "Ben, vous montez sans billet"

-"Oui mais ce sont des teutons pas des Italiens et ,jugulaires jugulaires, je vais me payer une amende "(j'avoue des idéees préconçues sur la rigueur germanique mais je vais justement en Autriche pour briser mes clichés!).

Méfiante je demande un justificatif (je l'ai gardé, c'est à hurler de rire) ramasse le billet et monte dans le premier wagon en bredouillant quelques entschuldigung  (je fus un temps prof d'allemand, ilest bon de  ne pas m'en vanter!) au contrôleur qui a la tête de l'emploi (je n'y peux rien, il était vraiment comme je l'imaginais). Il me hurle dans un rictus d'aller m'asseoir. Ridicule je tords mon porte- monnaie pour prouver mon honnêteté et je serre entre mes poings le petit papier rigolo..

Il me lance un oeil torve (je suis ridicule, je le sais) ;je souris niaisement.

Ne me demandez pas comment mais je suis arrivée 2 heures en avance sur l'horaire prévu.

 

Repost 0
Published by flo - dans floritalia
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 16:32
S'ils savaient où se trouve ce qu'ils cherchent,  ils ne
chercheraient pas.


Goethe.

Repost 0
Published by flo - dans floritalia
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 10:26

Quelle merveille. La présence d’un seul papillon a suffi pour métamorphoser l’arbre.

Kim Dong-Hwa, Histoire couleur terre

 

Repost 0
Published by flo - dans floritalia
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 08:49

 

“Ceux qui peuvent abandonner une liberté essentielle en échange d’un peu de sécurité immédiate ne méritent ni liberté, ni sécurité”

Benjamin Franklin

 

Abandonné ainsi mon petit cahier vénitien, des écrits lancinants.

Le site va me libérer du nez dans les encres, de l'enfermement.
L'été déjà est loin, il fut un fourmillement de personnes aimées, de Venise répétitive et différente.

Il est grand temps de regarder devant.
Pris mon coeur, lacéré en lamelles fines, jetées aux eaux, aux vents comme des pétales fragiles.

j'apprends maintenant à vivre sans, c'est facile, on respire un coup sur deux et ça ne fait pas mal.

Cette photo est une de mes préférées, prise à la Giudecca, fin août, langue de terre vénitienne peu accablée de foule.

J'aime ce lien qui retient le noir gommeux à la couleur vive.

je me sens ainsi, une roue enlacée à du vif, mon attachement est robuste rouillé mais solidement arrimé.

Repost 0
Published by flo - dans floritalia
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 08:26

Tout finit par passer. Tout passe par l'infini... Nous ne serons jamais finis, ni définis. Nous résistons à la définition qui tuerait notre poésie du coeur et de l'être.

Pascal Ludovic Saissi, septembre 2006

Repost 0
Published by flo - dans floritalia
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 08:22
Près de toi c’est près de moi
Et loin de tout est ton absence
Et la lune est couleur d’argile
Dans la nuit du tremblement
Quand dans la terreur de la terre
S’assemblent les racines
Et l’on entend tinter le silence
Avec le son de l’épouvante.
La peur est aussi un chemin.
Et entre ses pierres effrayantes
La tendresse peut marcher
à quatre pieds et quatre lèvres.


Car sans s’éloigner du présent
Qui est une bague délicate
Nous touchons le sable d’hier
Et dans la mer l’amour évoque
Une fureur incessante.


Pablo Neruda (extrait de Le coeur jaune)


Repost 0
Published by flo - dans floritalia
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 08:07

ha! tellement de choses, tellement de moments... et ce présent qui est toujours un ailleurs!

le lieu change, l'instabilité est de mise, les sentiments sont les mêmes, tenaces racines de nos êtres.

Parfois je me lasse, je rêve de bouleversements. Car cette année et pour la première fois, je m'ennuie!

Une cloche sonne, j'entends les chats jouer, il faudrait s'attendrir davantage...

 

Repost 0
Published by flo - dans floritalia
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 07:49

est-il possible à R. de m'envoyer l'adresse de son blog?

Je me sens comme sur un radeau comme si la connexion était aléatoire et fragile et le lien... transitoire!

allons lançons nous plus avant dans les pages de cette nouvelle ère!

Repost 0
Published by flo - dans floritalia
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 07:30

Retour laborieux sur le site, sur le net, dans l'île.

Sentiment diffus de claustrophobie et violence , comme toujours. Je vous épargne la complainte de l'exil, mainte et mainte fois ressassée. C'est parce qu'elle est authentique, cyclique. Profonde cicatrice qui lacère mon être, mon âme.

Rien de neuf. 

 Bref , j'avais abandonné l'appareil photo. Mon oeil fixait sans émotion ce que mon esprit savait joli, des rapts du monde et des alentours.Puis lundi en allant remplir la bouteille à la fontaine (je vis au village!) un marron est tombé à côté de moi dans ce bruit sourd de fin d'été. Son iris brun luisait à travers le vert hérissé. Je l'ai ramassé, serré comme un trésor.

Mon enfance a été bercé par ce poids au creux des mains. Dans la cour de l'école un marronnier majestueux dressait son indifférent cycle saisonnier et nous courions le long de ses racines, nous ramassions les fruits, nous frottions nos joues d'enfants à sa rugosité.

Ils l'ont abattu. Des mères inquiètes trouvaient les feuilles glissantes dangereuses pour les bambins (elles seront sûrement plus dangereuses pour lesdits chéris que quelques malheureuses glissades! mais c'est une autre histoire!). Intérieurement j'ai hurlé et quand je passais devant ce lieu toujours bruyant, je baissais le regard pour ne pas voir l'absence.

Lundi j'ai souri à cet arbre corse, et l'envie de l'image est revenue, doucement.
Le partage, les couleurs qui manquent à mon coeur.

Ainsi je reviens, et je suis heureuse de recommencer ...

 

Repost 0
Published by flo - dans floritalia
commenter cet article
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 12:27

il lago di Ragogna

 

bon cette fois je coupe le lien<. Jusqu'à quand???

BONNES VACANCES à ceux que je ne verrai pas de l'été

les autres ,bienvenus! (ceci est le lac à deux pas, d'où le chant des grenouilles)

je quitte encore une fois l'appartement des songes élevés.

je rends toutes les clés, ne reste que la mienne; de la grande maison de pierre.

à bientôt

flo

 

 

 

Repost 0
Published by flo - dans floritalia
commenter cet article